Aller directement au menu principal Aller directement au contenu principal Aller au pied de page

Thérapeutique

Vol. 1 No 3 (2021): MTSI-Revue

Efficacité du traitement antirétroviral hautement actif seul dans le traitement du syndrome d’infiltration lymphocytaire diffus chez une patiente ivoirienne vivant avec le VIH : à propos d’un cas

DOI
https://doi.org/10.48327/mtsibulletin.2021.118
Publiée
2021-08-13

Résumé

Objectif. Nous rapportons dans ce travail l’efficacité des antirétroviraux (ARV) hautement actifs seuls dans le traitement d’un syndrome d’infiltrat lymphocytaire diffus (DILS) sans utilisation des corticoïdes qui parait risquée chez des patients vivants avec le VIH.

Observation. Il s’agit d’une patiente de 60 ans séropositive au VIH, découvert au cours du bilan étiologique d’une insuffisance rénale qui retrouvait un profil glomérulaire non néphrotique. La ponction biopsie rénale retrouvait un infiltrat interstitiel de CD8 évoquant un DILS. La prise en charge a consisté à la mise sous traitements ARV seul (lamuvidine, abacavir et raltegravir) sans corticothérapie associée. L’évolution clinique sous traitement a été marquée par une récupération de la fonction rénale avec une créatininémie à 99 µmol/l, une régression de la protéinurie, un taux de CD4 à 293/mm3 et une charge virale VIH à 533,3 copies soit 1,6 log en l’espace de 3 mois.

Conclusion. Le DILS réalise une atteinte systémique diffuse chez les patients VIH ayant le plus souvent un contrôle virologique insatisfaisant. Devant la forte immunodépression et l’absence d’autres atteintes infiltratives, il nous est apparu risqué et injustifié d’adjoindre une corticothérapie.